Vionlences policières: Communiqué de presse de l’OGLP 33OGLP 33

14 Avr 2019 | Communiqués, Violences policières

clap 33Observatoire Girondin des Libertés Publiques (OGLP)

COMMUNIQUE DE PRESSE

Bordeaux, le 10 avril 2019

Le Samedi 30 Mars 2019 à Bordeaux les violences policières contre les manifestants et les manifestantes ont franchi un nouveau palier : vers 17h nous avons assisté à une intervention particulièrement grave à l’intérieur du bar- tabac du Marché, place des Capucins.

A la suite d’une charge sans sommation, avec usage de grenades, des manifestants et manifestantes se sont réfugié.es dans le bar-tabac. Des forces de l’ordre ont alors pénétré violemment dans cet établissement, ont porté des coups de matraque sur des personnes présentes et ont cassé du mobilier pour faire sortir manu militari les manifestants qui s’y étaient réfugiés. Des clients et clientes ainsi que des enfants étaient présents et terrorisés. Des images montrent des policiers munis de LBD-40 visant des personnes dans la rue, à hauteur de tête.

Ces personnes ne présentaient aucune menace ni pour l’ordre public ni pour les forces de l’ordre et nous considérons que cette intervention inadmissible relève de la volonté de terroriser les Gilets Jaunes et de les dissuader de manifester.

Le samedi 6 avril, en fin de manifestation cours d’Albret, toutes les issues sont condamnées par les forces de l’ordre, ce qui oblige les manifestants à se rendre dans une rue interdite de manifestation par arrêté préfectoral. La police attendait les Gilets Jaunes dans les rues adjacentes et a alors verbalisé un grand nombre de personnes par des contraventions à 135 euros.

Ce même Samedi 6 Avril 2019 les street-medics ont été interpellés par les forces de l’ordre vers 13h30, à proximité de la Place de la Bourse. Ils se sont fait confisquer leur matériel de protection (casque, masque, lunettes) mais aussi leur matériel de communication (radio) ainsi que leur tee-shirts croix rouges ou croix bleues. Ils ont été clairement menacés de devenir des cibles s’ils s’affichaient à nouveau et menacés d’une amende à 135€ s’ils manifestaient avec les Gilets Jaunes.

De plus, deux street- médics ont cherché à s’éloigner des contrôles. La police leur a tiré dessus avec des LBD-40 en les blessant. Ils ont dû être conduits à l’hôpital en urgence. Au moins trois street medics ont été placés en garde à vue afin de bien leur faire comprendre qu’ils ne doivent plus manifester le samedi avec les Gilets jaunes.

Cet acharnement policier contre ces bénévoles médicaux qui portent secours à tous les blessés dans les manifestations, autant Gilets Jaunes que policiers, et ce depuis le 17 novembre, est un acte politique grave. Les policiers ont évidemment agit sur ordre de leur hiérarchie, la préfecture, voire le ministère. Veulent-ils déstabiliser la lutte en s’attaquant à un symbole de solidarité ? Veulent-ils faire peur aux Gilets Jaunes pour affaiblir les manifestations et leurs soutiens alors que la lutte est ancrée dans la durée ? Cette stratégie politique est dangereuse pour les libertés publiques et individuelles. Elle renforce aussi la détermination des Gilets Jaunes et leur sentiment d’injustice. Par la dérive autoritaire qu’elle exprime et qui s’ajoute aux dernières lois liberticides, elle constitue une menace pour notre démocratie.

OGLP33 Communiqué du 10 avril