Urgence humanitaire : les autorités se noient, les réfugiés sahraouis trinquent

26 Fév 2015 | Communiqués, Manifestation, Presse / médias

Crédit photo : Rosa FLORENT

Crédit photo : Rosa FLORENT

Près d’une centaine de demandeurs d’asile et réfugiés sahraouis, campent à Bordeaux, dans des conditions d’une précarité extrême. Une partie a trouvé refuge dans des tentes sous le pont Saint Jean, subissant la menace et les conséquences des inondations.

Ils fuient pour la plupart les exactions des autorités algériennes, du Front Polisario et des groupes intégristes, dans le camp de Tinduf, au Sahara Occidental.

En dépit de l’indignité de cette situation et des risques encourus, les autorités locales (préfecture de la GIRONDE et mairie de Bordeaux) ne sont toujours pas parvenues à proposer de solution d’hébergement adaptée et surtout respectueuse du droit.

Pourtant, l’Etat français, qui leur accorde une protection au titre des dispositions de la Convention de Genève relative au statut de réfugié, est tenu d’accueillir les demandeurs d’asile dans des conditions qui respectent leur dignité.

La préfecture de la GIRONDE a déjà été condamnée à de très nombreuses reprises par le tribunal administratif pour sa gestion calamiteuse de l’accueil des demandeurs d’asile.

Nos associations s’insurgent contre le traitement indigne réservé à ses personnes qui viennent chercher en France une protection, et exhortent les autorités à prendre des mesures qui permettraient de mettre fin à cette situation bafouant les droits les plus élémentaires de ces réfugiés.

.