Bordeaux. Un policier, soupçonné d’avoir gravement blessé un manifestant avec un tir de LBD, mis en examen pour violences volontaires

08 Jan 2020 | Violences policières

Un policier a été mis en examen pour « violences volontaires avec arme ayant entraîné une interruption de travail (ITT) de plus de huit jours, par dépositaire de l’autorité publique », lundi 6 janvier, à Bordeaux, dans le cadre de l’information judiciaire ouverte après la grave blessure à la tête subie par Olivier Béziade, lors d’une manifestation des « gilets jaunes » le 12 janvier 2019. Son avocat a confirmé cette information de Sud-Ouest à l’AFP, mercredi.

Ce membre de la Brigade anticriminalité (BAC) est soupçonné d’avoir effectué un tir de LBD qui a atteint à la tête Olivier Béziade, agent de maîtrise en sécurité incendie et pompier volontaire originaire de Bazas (Gironde), qui manifestait dans le centre de Bordeaux. La scène avait été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux et l’IGPN (Inspection générale de la police nationale) avait été rapidement saisie par la préfecture et le parquet. Le Monde avait également publié, mi-octobre, une enquête vidéo relatant les faits minute par minute.