Un collectif d’artistes, enseignants et militants appelle à manifester au coté des familles des lycéens mis à genoux par les forces de l’ordre

07 Déc 2019 | Communiqués, Violences policières

Mantes-la-Jolie, un an après : le 8 décembre, nous marcherons pour la justice et la dignité

Tribune. Nous nous rappelons de ces images terribles, le 6 décembre 2018. 151 enfants mis à genoux par les forces de l’ordre à Mantes-la-Jolie, et la voix de l’un des fonctionnaires de police : «Voilà une classe qui se tient sage.» Nous étions en plein mouvement lycéen, au moment où le soulèvement des gilets jaunes prenait son essor. C’était un moment inouï, qui allait ouvrir un nouveau cycle de lutte, dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui : au même moment se soulevaient les oublié·e·s de tous bords, lycéen·e·s des quartiers populaires (pas seulement à Mantes) d’un côté et, côté gilets jaunes, travailleurs, travailleuses et précaires qui ne se trouvaient représenté·e·s par aucune structure politique ou syndicale. Le pouvoir a su qu’il assistait à un tournant, et il s’est vengé. C’est ce qui a valu ce traitement odieux infligé à des enfants, traumatique pour beaucoup, dont la symbolique lugubre annonçait les outrances à venir du maintien de l’ordre et la mutilation systématique des manifestant·e·s qui affluaient de samedi en samedi.

Nous répondons à l’appel des familles des lycéen·e·s de Mantes-la-Jolie à venir marcher au départ de Barbès le 8 décembre à leurs côtés. Parce que nous discernons trop bien, derrière l’humiliation, le rabaissement et le supplice infligé, non seulement l’injustice qui frappe les quartiers populaires au quotidien, qu’il faut continuer à combattre, mais aussi le signe d’une dérive autoritaire, ininterrompue et grandissante.

Lire l’appel publié dans Libération