Principes et méthodes

L’ensemble des activités de la Ligue des Droits de l’Homme en France en faveur de la défense des droits et libertés repose, pour l’essentiel, sur l’implication de plus de 9 300 militants bénévoles et 321 sections réparties sur le territoire, épaulés par les services de la LDH France.

autocollantAu-delà des statuts qui régissent son fonctionnement, le premier principe d’action de la LDH est celui de l’engagement de ses militants au service du respect et de la promotion des droits fondamentaux et des libertés.

Les convictions qui animent les personnes adhérentes à la LDH, quel que soit leur niveau de responsabilité, sont au cœur de la mise en oeuvre des activités de l’association.

La LDH n’est pas une association à vocation caritative. Elle oeuvre dans le registre de la défense des droits et libertés par un travail de vigilance, d’alerte, de sensibilisation, d’information, d’interpellation des décideurs (élus, services administratifs…). Elle n’est pas davantage un parti politique, même si son objectif vise aussi à permettre une appropriation politique des causes qu’elle défend.

Photo Patrice Leclerc,  Photothèque du mouvement social, Paris

Photo Patrice Leclerc, Photothèque du mouvement social, Paris

La diversité des thèmes abordés relevant des droits civils, politiques, économiques, sociaux, culturels ou encore environnementaux l’amène à travailler au sein de collectifs ou réseaux,  en partenariat avec des nombreuses organisations (associations, syndicats…).

Stand festival Planète, 2010 (Bordeaux)

Stand festival Planète, 2010 (Bordeaux)

Les méthodes et outils mobilisés sont très divers et les actions mises en oeuvre plus ou moins visibles :  réunions publiques,  rassemblements ou manifestations, participation à des événements (ex : festivals, colloques), publications, occupation du terrain médiatique (communiqués de presse, lettres ouvertes, participation à des émissions …), sensibilisation par des interventions en milieu scolaire ou par la tenue de stands dans les espaces publics (ex : marchés), formation des militants sur des sujets divers, rencontres avec des élus locaux, des parlementaires, des responsables d’administrations locales, réunions de travail inter-associatives …