Agir pour les libertés, les droits civils et politiques

Dans ce domaine, la LDH en Gironde est engagée sur différents dossiers ou sujets :

 

  • Source : Temps réel -Nouvel Observateur

    Source : Temps réel -Nouvel Observateur

    Les relations police / justice / citoyens : ce sujet a été traité lors d’un café-citoyen qui s’est tenu le 6 décembre 2012 dans les locaux de l’association Boulevard des Potes à Bordeaux, en présence d’Isabelle RAFFARD, représentante du Syndicat des Avocats de France d’Ivan GUITZ, président local du Syndicat de la Magistrature. L’enregistrement de cette rencontre est disponible ci joint : CC_controle-identité_6dec2012

En juin 2010, la section LDH de Bordeaux avait organisé un café-citoyen autour d’un sujet voisin relatif à la réforme de la garde à vue, marqué par les interventions d’Ollivier JOULIn (Syndicat de la Magistrature) et d’Aymed KORBOSLI (Syndicat SGP-Police). Le compte-rendu de ce débat est disponible en cliquant sur ce lien : CR café citoyen juin 2010 – Garde à vue

Pour une information plus large sur le sujet, vous pouvez consulter ce 4 pages réalisé dans le cadre de la campagne « Urgence pour les libertés, urgence pour les droits » sur le thème « justice-police« .

  • Les dérives de la société de surveillance et des politiques sécuritaires constituent pour la LDH en Gironde un terrain de menaces pour les droits et libertés. C’est pourquoi, notamment lors de l’examen de projets de loi adoptés au cours de ces dernières années ou encore à l’expérience de diverses décisions locales, les sections girondines se sont mobilisées à diverses occasions sur ce sujet. Ainsi, l’examen du projet de Loi de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure (LOPPSI 2) a donné lieu à l’organisation d’un café-citoyen en octobre 2010, en présence de Jean-Pierre VITRAN, membre du bureau national de la LDH France. Le contenu de cette rencontre est accessible par le lien ci-après : Compte-rendu du café citoyen sur la LOPPSI 2

surveillanceDans ce registre, plusieurs  sections girondines de la LDH ont eu à s’exprimer contre les décisions d’implantation et de développement de la vidéosurveillance dans des communes girondines, notamment à Bordeaux et à Libourne. La LDH dénonce les modalités de déploiement de ces technologies de surveillance, dont l’efficacité reste toujours à démontrer, en particulier du point de vue de son rôle de prévention.

Vous trouverez ci-dessous plusieurs prises de position et éléments d’information à ce sujet :

– Courrier adressé à la Ville de Bordeaux, suite à l’invitation à siéger à un « comité d’étique de la vidéoprotection »- Courrier-rep-comitéthiquevidéop-janv2011.pdf ,

– Expression de la LDH Libourne sur la politique sécuritaire locale (Taser, vidéosurveillance…) – Article Sud-Ouest du 14 juin 2013,

Documents de la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL),

– Avis de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) sur la politique sécuritaire

AOC 2011

  • Le combat contre les idées d’extrême-droite, autrement dit contre l’intolérance, la haine de l’autre et la stigmatisation des étrangers, est un autre sujet sur lequel les sections LDH de Gironde maintiennent leur vigilance. La LDH a ainsi contribué à l’édition des AOC de l’égalité 2011, dans le cadre d’un débat organisé sur la montée des extrêmes droites en Europe, en présence de Philippe LAMY, alors président du groupe de travail national sur l’extrême droite de la LDH France. La LDH de Gironde, membre du collectif Horizon Laïque, avait également pris position en dénonçant le soutien apporté par la municipalité de Bordeaux à certains réseaux intégristes proches des réseaux d’extrême droite, notamment suite à la diffusion du reportage « Les Infiltrés » sur France 2 en avril 2010 (cf article du journal Sud-Ouest du 6 mai 2010).

C e combat est complémentaire de celui mené par la LDH de Gironde en faveur de la laïcité.

Ouvrage de Pascale LE NEOUANNIC

Ouvrage de Pascale LE NEOUANNIC

C’est notamment la raison pour laquelle la LDH s’est associée à l’initiative du Conseil régional dans le cadre de ses « Rencontres Aquitaine Citoyenne », à la faveur d’un débat intitulé « Laïcité, j’écris ton nom » qui s’est tenu le 6 décembre 2012 ans au moment de la semaine de la laïcité, en présence de Chantal LE NEOUANNIC, de Françoise RENY et de Jean-Claude GUICHENEY, président de la LDH Gironde. L’intervention de la LDH lors de cette rencontre est disponible ici : Intervention_rencontres_laicité_7dec2012.

Fusillés pour l'exemple

Fusillés pour l’exemple

  • L’insistance de la LDH, au côté d’autres associations (Association des Résistants et Anciens Combattants, Libre Pensée, Ligue de l’Enseignement) pour obtenir la réhabilitation de quelques 600 soldats de la Première Guerre Mondiale « fusillés pour l’exemple » reste d’actualité.

Tous les ans, le 11 novembre, la LDH participe au rassemblement organisé avec les autres associations partenaires et poursuit son action en hommage à la mémoire et à la réhabilitation de ces soldats.

Centre de détention de Gradignan (image Aqui.fr)

Centre de détention de Gradignan (image Aqui.fr)

 

  • La dénonciation des atteintes aux libertés touchent différents aspects relatifs aux lieux et aux conditions d’enfermement. En Gironde, la LDH s’est mobilisée à plusieurs titres sur cette question. Elle a ainsi organisé plusieurs rencontres traitant aussi bien des conditions de vie dans les lieux de détention (prisons, centres de rétention administrative, hôpitaux psychiatriques…), notamment lors d’un débat co-organisé avec la CIMADE Bordeaux qui s’est tenu le 28 juin 2012 en présence d’Anne LECOURBE (Contrôle Général des Lieux de Privation de Liberté), également marqué par la projection d’un documentaire d’Audrey HOC « Le cimetière des vivants ». Le Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté produit chaque année un rapport d’évaluation qui a servi de support à l’organisation de cette rencontre. Il vous est possible de les consulter par le lien suivant : rapports annuels du contrôleur général des lieux de privation de liberté.

 La LDH Gironde participe ponctuellement au suivi des conditions de détention des détenus de la prison de Gradignan, en lien avec d’autres associations plus spécifiquement impliquées telles que le Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées (GENEPI). A consulter à ce sujet, le « Guide du prisonnier » élaboré par l’Observatoire International des Prisons.

hospitalisation_sans_consentementUn autre secteur de privation de libertés, étroitement lié à celui de la santé mentale, concerne les conditions et les situations de placement en hôpitaux psychiatriques. Cette question a fait l’objet d’une attention particulière de la LDH en Gironde à l’occasion de la réforme des soins psychiatriques survenue en 2012 à propos de laquelle un café-citoyen fut organisé en mars 2011 en présence d’Olivier LABOURET (Union Syndicale de la Psychiatrie). Le contenu de cette rencontre est accessible par le lien : Compte-rendu café-citoyen réforme des soins psychiatriques, de la folie d’Etat.

D’autres informations sur ce sujet sont disponibles sur les sites du  « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire  » et du collectif  « Mais c’est un  homme« . Une plaquette sur vos droits et recours possibles a été réalisée par ce dernier (Plaquette-droits-psychiatrie-28-octobre-2011.pdf).

  • En Gironde, la LDH est intervenue en soutien individuel pour des personnes atteintes dans leurs droits civils et/ou politiques, victimes de décisions abusives des autorités. Parmi les cas les plus récents, on peut mentionner :

– Le cas d’Adil LAMTALSI, citoyen franco-marocain dont la famille réside dans l’agglomération bordelaise.

Rassemblement devant le consulat du Maroc à Bordeaux

Rassemblement devant le consulat du Maroc à Bordeaux

Interpellé sous prétexte de trafic de drogue, Adil LAMTALSI a été condamné à 10 ans de prison suite à de pseudo- aveux obtenus sous la torture. Le récit de son arrestation est décrit ici. La LDH Gironde, en particulier la section des Graves (Pessac-Cestas-Gradignan), s’est fortement mobilisée sur cette affaire depuis 2009 afin de faire reconnaître l’innocence de M. Adil LAMTALSI. Plusieurs démarches auprès du Ministère des Affaires Etrangères ont été nécessaires. La dernière formulée auprès de M. FABIUS, avec l’appui de Mme GOT, députée de la circonscription de résidence de la famille LAMTALSI en Gironde, a rencontré plus de succès que les précédentes, permettant le transfèrement d’Adil en France, qui reste cependant toujours incarcéré à la prison de Villepinte pour purger une peine dont il est pourtant innocent ! L’objectif désormais consiste à obtenir sa libération  conditionnelle et lui permettre de reprendre une vie normale, sachant que cette affaire a compromis sa carrière cinématographique de réalisateur au Maroc.

Des informations complémentaires sont disponibles en cliquant sur ce lien.

– En 2012, la LDH de Gironde, tout comme plusieurs sections LDH d’Aquitaine et la LDH France, se sont mobilisées en faveur de la libération d’Aurore Martin, militante basque de nationalité française  arrêtée début novembre 2012 sur la base d’un mandat d’arrêt européen pour avoir exprimé son soutien au parti Batasuna, interdit en Espagne. La LDH Gironde avait à cette occasion participé à un rassemblement à Bordeaux le 3 novembre 2012 et formulé un communiqué . D’autres informations sur cette affaire accessibles ici.

AbdallahLa LDH Gironde est membre du collectif de soutien créé en faveur de la libération de Georges Ibrahim Abdallah. Ce dernier est actuellement incarcéré en France depuis 29 ans, accusé de l’assassinat d’agents américain et israëlien. Indépendamment des éléments de preuve discutés sur sa culpabilité, ce dernier a purgé sa peine et serait libérable. Deux décisions de justice (2003 et 2012) ont ainsi été prononcées en ce sens mais ont immédiatement été suivies d’appel du procureur de la République. Aujourd’hui, Georges Ibrahim Abdallah est toujours en prison. La LDH France a appelé à sa libération en décembre 2012 et février 2013 (lien communiqués). Une pétition en faveur de sa libération est accessible ici.