Procès de Camille Halut, le piteux acharnement de la police et du Parquet

14 Déc 2019 | Violences policières

Camille Halut, le 2 février 2019 à Montpellier, en mission d’observation pour la Ligue des droits de l’homme. Luc Zoia

Des dépositions qui se révèlent imprécises ou fausses, des témoignages contredits par des vidéos, une enquête menée par les subordonnés du commissaire qui attaque la prévenue, un témoin CRS qui a des hallucinations auditives, le Parquet qui s’acharne à qualifier une improbable rébellion…

Le procès de Camille Halut, observatrice de la Ligue des Droits de l’Homme à Montpellier, qui se tenait ce jeudi 12 décembre au tribunal correctionnel, a parfois pris des airs croquignolesques, tant le dossier monté par la police et le Parquet contre la jeune femme, ne résiste pas à la réalité des terrains de manifestations actuels, comme de la sombre période politique que nous traversons.

Lire le compte rendu de l’audience du 12 décembre 

Après 3h30 d’une dense audience, le juge renvoie finalement le délibéré du procès. Lors du premier procès de Camille Halut, le tribunal s’était offusqué d’une forme d’instrumentalisation de la Justice, au regard d’un dossier monté de toute pièces par la Police pour incriminer l’observatrice. Rendez-vous donc le 16 janvier 2020, à 14h, pour un verdict très attendu

Merci au média La mule du Pape