Le policier reconnaît un tir de LBD raté blessant un lycéen, le parquet le blanchit

04 Jan 2020 | Violences policières

Lycéen de 17 ans, Achraf a reçu un tir de LBD dans la mâchoire le 4 décembre 2018, à Marseille. Identifié, le policier auteur du tir reconnaît l’avoir blessé accidentellement. Le parquet de Marseille a néanmoins classé sans suite. L’IGPN fait état de policiers exposés à des jets permanents de projectiles, ce que les enregistrements de vidéosurveillance démentent formellement.
3 janvier 2020

Contacté par Mediapart, le procureur de la République Xavier Tarabeux s’est limité à cette seule réponse : la procédure sur l’origine des blessures d’Achraf « a donné lieu à une décision motivée de classement sans suite au titre de la légitime défense à l’issue de l’enquête réalisée par l’IGPN. La loi permet de contester une décision de classement (l’article 40-3 du code de procédure pénale) ».

« Nous nous apprêtons à déposer plainte avec constitution de partie civile pour “blessures involontaires” et “non-assistance à personne en danger”, explique l’avocat d’Achraf, Philippe Chaudon. L’objectif de cette plainte est de rechercher les responsabilités des policiers, du tireur de LBD mais aussi de sa hiérarchie : un juge d’instruction dirigera peut-être l’enquête de façon plus indépendante. » 

Philippe Chaudon s’indigne de ce qu’aucun témoin n’ait été entendu, alors que sur les vidéos « on peut voir des personnes en train de filmer de leur fenêtre. Aucun enseignant, aucun lycéen n’a été auditionné. L’enquête menée par l’IGPN est orientée et le parquet n’a donné aucune direction pour lui garantir une certaine impartialité. Il a suivi et adopté les conclusions de l’IGPN, manifestement, sans seulement les vérifier. Par exemple en se rendant sur les lieux ou en exploitant les données techniques. Les enquêteurs semblent seulement avoir voulu établir qu’ils étaient bien en situation de légitime défense. C’est un dossier de protection plus qu’un dossier d’enquête ».

 

Lire l’article de Pascale Pascariello (Médiapart) 

Ou ici