32 ans, ça suffit ! Le 16 octobre, la LDH Gironde se mobilise pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah

10 Oct 2015 | Conférence-débat / colloque, Événements

Cela fait 32 ans que Georges Ibrahim Abdallah est détenu dans une prison française et ce malgré plusieurs décisions rendues en faveur de sa libération par les juridictions. Toutes ont été invalidées suite à des appels ordonnés par le Parquet, c’est-à-dire par les plus hautes instances de l’Etat.

Bien que libérable depuis 1999, Monsieur Georges Ibrahim Abdallah va entrer dans sa trente deuxième année de détention.

Le 19 novembre 2003, la cour d’appel de Pau avait déjà ordonné la libération conditionnelle, qui avait été infirmée sur appel du parquet le 16 janvier 2004. Condamné en 1984 pour détention de faux papiers, il fut renvoyé devant les tribunaux spéciaux en 1987 pendant la période des attentats à Paris, et condamné alors à la prison à perpétuité pour complicité d’assassinats de 2 diplomates israélien et américain. Après huit demandes antérieures de libération, celle de janvier 2012 a reçu un avis favorable du tribunal d’application des peines, sous réserve d’expulsion du territoire, et confirmé en appel. Mais, M. Valls, alors ministre de l’intérieur, a refusé de signer l’arrêté d’expulsion permettant à celui-ci de rentrer dans son pays, le Liban.

La Ligue des droits de l’Homme considère que rien ne justifie aujourd’hui son maintien en détention et comme elle l’a réaffirmé dans son communiqué du 13 novembre 2014, elle considère que nous sommes en présence d’un déni de justice et que l’Etat de droit est en défaut. Cette décision n’a aucune raison juridique, si ce n’est un habillage qui relève de ce qu’un ancien président de la République avait appelé, à juste titre, « la force injuste de la loi ». Elle ne vise en rien à se prémunir d’un quelconque risque de récidive, puisque, outre son âge, M. Georges Ibrahim Abdallah devait être expulsé au Liban, son pays d’origine tout à fait prêt à l’accueillir. D’ailleurs, le Premier ministre libanais à l’occasion d’une rencontre avec M. François Hollande en 2014 a demandé sa libération.

Le Ministère de l’Intérieur refuse toujours de procéder à l’expulsion de M. Georges Ibrahim Abdallah, malgré les demandes répétées de son avocat. La République détourne ainsi sa propre législation pour satisfaire aux demandes des Etats-Unis et d’Israël. Quand la justice se plie à la raison d’Etat et accède aux désirs des gouvernants, on peut affirmer que c’est bien l’Etat de droit lui-même qui est en défaut. La LDH condamne sans réserve le refus de respecter la loi au préjudice d’un individu et pour servir les seuls intérêts de la raison d’Etat. Elle demande la mise en liberté immédiate de M. Georges Ibrahim Abdallah.

Afin de mieux vous informer et répondre à vos interrogations et si possible soutenir la libération, nous vous invitons à venir assister à la conférence organisée par la LDH Gironde en présence, Me Jean-Louis Chalanset, avocat de M. Abdallah, du député de gironde, M. Noël Mamère, du président d’honneur de la LDH, M. Michel Tubiana.

La conférence aura lieu à la salle municipale Saint Augustin de Bordeaux, le vendredi 16 octobre 2015 de 18h30 à 22h, soit une semaine avant le 31ème anniversaire de son incarcération.