Des militants de Greenpeace codamnés à la prison ferme

03 Mar 2018 | Communiqués

A-quand-le-proces-des-centrales-EDF-780x439

Huit activistes étaient jugé-e-s mardi 27 février à Thionville pour s’être introduits dans la centrale de Cattenom en Moselle et avoir déclenché un feu d’artifice au pied de la piscine d’entreposage de combustible usé, en octobre 2017.

Par ailleurs, Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire de Greenpeace France, était poursuivi pour « complicité », et Greenpeace France en tant que « personne morale ». EDF réclamait à l’association et aux activistes plus de 700 000 euros en réparation dont 500 000 euros pour « atteinte à sa crédibilité ».

A l’issue du procès, le verdict, particulièrement lourd, est tombé :

  • Deux activistes ont été condamnés à deux mois de prison ferme.
  • Le chargé de campagne nucléaire a été jugé coupable de « complicité » dans le cadre de ses fonctions à Greenpeace et sanctionné de cinq mois de prison avec sursis.
  • Les six autres activistes sont condamné-es à cinq mois de prison avec sursis.
  • L’association Greenpeace est jugée coupable et devra payer une amende de 20 000 euros. Par ailleurs elle devra verser 50 000 euros à EDF au titre du « préjudice moral ».
  • Concernant le « préjudice matériel », une évaluation a été demandée à un expert. Greenpeace France doit provisionner 20 000 euros

C’est la première fois que des militants de l’association sont condamnés à une peine de prison ferme. Yannick Rousselet, salarié de Greenpeace France, est quant à lui condamné pour « complicité » alors qu’aucun fait n’a été établi. Ces lourdes sanctions ne sont pas acceptables pour l’organisation qui a joué son rôle de lanceur d’alerte.

Lire la suite sur le site de Greenpeace