Fin de la trêve hivernale

28 Mar 2017 | Communiqués, Manifestation

Treve2

Le collectif « NOS DROITS CONTRE LEURS PRIVILEGES »*

dans une action unitaire avec la CNL et la LDH

 appelle à un rassemblement Samedi 1er avril à 15 heures – Place de la Victoire à Bordeaux.

avec témoignages et prises de parole. Les sans-logis, les mal-logés, les expulsés ont la parole !

(*DAL, AC!, ASTI, RESF, OVMQC, Col. pour l’Egalité des Droits, CIP Gironde, Planning Familial, Les Amis du Sherby, Soutien à l’Alouette, Nuit Debout, Citoyens …)

et

Conférence de presse mercredi 29 mars à 11h – Bourse du Travail

 

Le premier avril sonne la fin de la trêve hivernale et avec elle, la reprise des expulsions locatives qui vont jeter des centaines d’entre nous à la rue.

Mais le problème des sans logis ou des mal-logés ne connait pas de saison et c’est tout le long de l’année que le 115 débordé ne répond plus à ses obligations légales. Près de 3500 personnes à Bordeaux se trouvent sans abri, la journée comme la nuit. Et quand il héberge certaines personnes ce n’est que pour quelques nuits. Pratique contraire à la loi ! »

 

Les pouvoirs publics ne font preuve d’aucune bonne volonté pour faire face à cette urgence alors que l’agglomération compte plus de 10400 logements vacants et que d’autres tout à fait salubres, préemptés en vue des futurs travaux de la Métropole, sont murés depuis des années.

Cela suffit ! Car sans logement, ce sont des vies que l’on condamne à l’errance, au désespoir et à la mort. 48 ans, c’est l’espérance de vie quand on est à la rue !

 

Nous demandons :

–       L’arrêt des expulsions et/ou le relogement pour tous ;

–       L’accompagnement social pour bloquer la spirale des impayés et de l’endettement ;

–       La baisse des loyers et des charges ;

–       L’annulation des démolitions des logements H.L.M et le déplacement des populations qu’elle entraine ;

–       L’arrêt des expulsions des occupations des logements vacants et des violences policières qui les accompagnent ;

–       La réquisition immédiate des bâtiments publics pour l’hébergement de toutes et tous.